ChroniKulture

Instants critiques et futilités numériques

Coucou i’m back : True Detective

Voilà plus de 3 mois que je n’avais pas publié sur ce blog, c’est long trois mois et ça laisse le temps de découvrir plein de choses. Du Loup de Wall Street en passant par Bilbo le hobbit, de Hunger Games 2 en passant par Dallas Buyers Club, j’ai entretenu ma culture cinématographique comme j’ai pu. En 3 mois j’ai aussi eu le temps de perdre un de mes acteurs fétiches, Philip Seymour Hoffman, dont le décès prématuré (et cocaïné paraîtrait-il…) aura au moins eu le bénéfice de me faire découvrir Truman Capote (sublime !).

Je reprends donc ma plume, poussé par un BC fort mécontent que je ne prenne plus le temps d’écrire et par la découverte d’une série, ô combien jouissive : True Detective. A part les (trop) populaires Walking Dead et Games of Throne que je suis malgré tout assidument, ça fait quelques temps que je n’ai pas été happé par une série (je noterai tout de même une très agréable surprise dans le visionnage de la série de Jane Campion Top of the Lake). Bref, niveau série donc on est loin de la jubilation qu’avait engendré chez moi Gossip Girl. Je plaisante (ou pas). Parenthèse subsidiaire (merci Jésus Christ de la langue française d’avoir créé cette expression), je vomis cordialement au visage de tous les Kévins de la planète qui ont filmé leur réaction au visionnage de l’épisode 9 de la dernière saison de GoT. Suicidez-vous !

HBO's "True Detective" Season 1 / Director: Cary Fukunaga

Revenons à la série, que dis-je, l’extraordinaire moment audiovisuel : True Detective. Autant vous prévenir tout de suite je ne serai pas objectif, et pour cause la série en question regroupe tout ce que j’aime : un duo d’acteur très bon chacun à sa manière, une trame prenante autour de meurtres rituels et de sacrifices d’enfants (la base !), un contexte géographique particulièrement nauséeux (le bayou de la Louisiane, région américaine totalement dégueulasse ou le taux de séropositivité, de chômage et de drogués au crack doit être le plus élevé au monde) et bien sur des relations psychologiques tordues. Ajoutez à ça une pincée de gang de bikers à barbe, une bande son sobre et efficace et seulement 8 épisodes d’une grande intensité et vous aurez un aperçu de True Detective.

Voilà le genre de truc vraiment pourrave qu'on trouve en Louisiane : une vieille église toute brulée au milieu de nulle part.

Voilà le genre de truc vraiment pourrave qu’on trouve en Louisiane : une vieille église toute brulée au milieu de nulle part.

Concrètement de quoi on parle ? Martin Hart, flic respecté, mari aimant et papa un peu trop absent (bref un flic américain quoi) se voit confier comme collègue de choc Rust Cohle, ancien infiltré chez les stups qui a pendant 3 ans dû se défoncer au crack (entre autre) pour passer inaperçu dans le monde des drogués. Autant vous dire que notre bonhomme en question est donc un peu particulier. Notons aussi que le mec a perdu sa gamine dans un accident de voiture et que son mariage n’a pas résisté à la mort du chérubin. Okay vous commencez à situer le personnage. Il se trouve que notre ami Cohle, fort de biens mauvaises expériences (drogues, deuil…etc) est devenu un peu blasé de l’être humain. Mais (parce que bien sur il y a un « MAIS ») il est un flic hors du commun, enquêteur doué et efficace. Donc nos deux compères foncièrement différents sont appelés pour un crime un peu chelou : une meuf retrouvée morte (rien d’original), nue (passe encore), ligotée (évidemment) avec des bois de cerf dans la tête et un tatouage sur le dos (tout de suite plus excitant). Tout semble laisser à penser à un meurtre satanique, rituel, enfin un truc bien bizarre. Et voilà, le contexte est posé. De fil en aiguille (surtout d’aiguilles d’ailleurs) nos enquêteurs vont découvrir des trucs fort amusants. Entre les fous de Dieu qui prêchent le repentir un peu partout, les bikers qui dealent de la méthamphétamine, des putains de psychopathes qui abusent des gosses morts et des sectes qui se déguisent en animaux avant de sacrifier des enfants on passe un excellent moment !

La série est glauque à souhait, jamais dans la démesure, avec une horreur précise, réfléchie et contrôlée. La Louisiane, terre religieuse dévastée se prête parfaitement à cette enquête qui agitent l’élite de la région…

Matthew McConaughey (Rust) et Woody Harrelson (Hart) sont excellents et vont jusqu’au bout de leurs rôles. Parenthèse subsidiaire numéro 2, je vomis à nouveau sur tous les tocards de la planète qui limitent Matthew McConaughey au mec qui se tape la poitrine dans Le loup de Wall Street. Il a fait quantité d’autres films, souvent très mauvais et parfois brillantissimes (allez voir Dallas Buyers Club de ce pas !). Bref, en définitive la série repose sur un savoureux équilibre entre tension, suspicions et réactions qui fonctionne très bien dans la mesure où il n’y a que 8 épisodes. Plus d’épisodes et on aurait risqué de trouver certains passages trop longs, 8 c’est très bien. D’ailleurs Top of the Lake aussi contient que peu d’épisodes. Comme l’aurait bien dit Gigi, un mec qui tue des cochons en Ardèche : ça c’est pas des séries de Mickey ! (Gigi est une personne réelle, et ouais bonhomme !).

Conclusion : si vous voulez voir une série trop bien, avec des rituels chelou, des psychopathes qui foutent super mal à l’aise, une intrigue très bien ficelée, et surtout que vous voulez vous dire que jamais vous n’irez dans cette région à gerber qu’est la Louisiane, True Detective est faite pour vous !

Loleusement.

PS : WHO IS THE YELLOW KING ?

Publicités

4 commentaires sur “Coucou i’m back : True Detective

  1. Bhaalil Smith
    mars 16, 2014

    Hum ça donne affreusement envie !
    Je vais aller, dés que possible, y jeter un œil !

  2. BC
    mars 16, 2014

    Heureusement que je me suis arretée au 2ème épisode et que j’ai évité les « psychopathes qui abusent des gosses morts ». 😮

  3. Chloé
    septembre 8, 2014

    Heeey ! J’ai mis un moment, les doigts suspendus au dessus de mon clavier, à me remémorer le nom de ce blog au combien ludique 🙂
    Bref, je valide True Detective (of course), je viens de commencer Fargo. A méditer. Bonne continuation hein

  4. Emma
    août 26, 2015

    tro coool l’artikl jm tro cmt técri … moa ossi je sui fan de trou détéctiv. ta tro réson 🙂 jspr ke tu va ékrir dotre articl b1tot !!

Dites ce que vous voulez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le mars 15, 2014 par dans Série.

Navigation

catégorie

© chroniKulture 2012 | Tous droits réservés
%d blogueurs aiment cette page :