ChroniKulture

Instants critiques et futilités numériques

The place beyond the pines

« Qui sème l’éclair récolte le tonnerre »

Voilà quelques temps que je n’avais pas franchi les portes d’un cinéma et donc que je n’avais pas rédigé de critique de film. Puis j’ai entendu parler de The place beyond the pines, vu la bande annonce, apprécié le casting et été surpris de l’unanimité des critiques. Le film s’annonçait donc bon.

A l’affiche un trio de choc : Ryan Golsing (le blond sulfureux de Drive), Eva Mendes (la non moins sulfureuse latino de La nuit nous appartient) et Bradley Cooper (bon acteur ayant souvent joué dans des films mauvais). Appétissante donc cette brochette d’acteurs. Rajoutez-y une pincée de mystère dans le titre du film (quel est donc cet endroit au-delà des pins ?) et vous vous laissez aller.

Extra The Place Beyond the Pines

Luke (Ryan Gosling), un mec un peu paumé, gagne sa vie en faisant des shows de motos dans les fêtes foraines. Il vit au jour le jour sans se soucier de grand-chose. Alors qu’il s’apprête à repartir d’une ville dans lequel il s’est produit, il tombe sur Romina (Eva Mendes), une jeune femme avec qui il avait eu une aventure une année auparavant. Il apprend qu’il est le père de son enfant, et décide de s’installer en ville pour tenter d’être un père présent. Pour subvenir aux besoins de son garçon il se met à braquer des banques à moto. Ca c’est la première partie. La deuxième partie du film se penche sur Avery (Bradley Cooper), un policier qui croise la route du voleur à moto (Luke). Avery est témoin de la corruption qui sévit dans la police de la ville, il décide de se battre contre ça, malgré ses propres démons intérieurs. Enfin troisième partie,  quinze ans après A.J (Avery Junior) et Jason (le fils de Luke) se rencontrent par hasard au lycée, l’histoire qui lie leurs familles va refaire surface.

L’histoire n’est pas exceptionnelle, sa structure si. Pour son troisième film Derek Cianfrance choisit une structure en trois parties. Chaque partie pouvant quasiment être vue séparément des autres. Le fil conducteur est intéressant, il apporte un certain dynamisme à l’histoire, on sort en ayant l’impression d’avoir vu trois films plutôt qu’un seul. Même les acteurs semblent changer de comportement à chaque partie.

Malheureusement tous ne nous livrent pas des prestations de qualité. Ryan Gosling est le point noir du film. Il était pourtant l’élément de promotion principal, surfant sur le succès (disproportionné ?) de Drive (pour lequel certains l’avaient érigé au rang de nouveau James Dean). Que Gosling ait du talent il n’y a aucun doute, malheureusement il fait parti de ces acteurs qui après avoir connu le succès dans un rôle ne s’en détache plus. Identique en tout point à son personnage de Drive, Gosling se cloisonne dans quelque chose de déjà vu. Et sans la bouffée de nouveauté que sa prestation avait suscitée dans Drive il ne reste pas grand-chose. Inexpressif, quasi-muet, tout juste beau, on se demande sincèrement l’intérêt de sa présence dans la première partie. La performance de Ben Mendelsohn (Robin), qui occupe pourtant un second rôle, contraste agréablement avec le peu d’émotions que nous procure celle de Gosling.the-place-beyond-the-pines_544697_510x255

Heureusement, Eva Mendes (pourtant pas connue pour des rôles incroyables) apporte une dimension particulière au film. Petit bout de femme perdu dans cette ville maussade, avec ses problèmes, ses espoirs aussi. Et ses déceptions. On retrouvera aussi chez Bradley Cooper une très belle prouesse (bien loin du décevant Limitless), dans son rôle de flic tourmenté, qui essaye de trouver le salut de son âme dans les scrupules et la culpabilité. Personnages intéressants aussi que les deux fils, interprétés par des acteurs quasi amateurs. Emory Cohen qui interprète A.J, adolescent mi gaté, mi délaissé à la recherche de l’affection d’un père volontairement absent. Et Dane DeHaan (qu’on a vu ces dernières années dans les très bons Chronicle et Des hommes sans lois) ado fragile, en proie à des interrogations. Dédicace spéciale à Ray Liotta, dérangeant dans son rôle (secondaire) de flic corrompu.emorycohen

Le film est agréable, on y passe globalement un bon moment (étonnement surpris que le réalisateur soit arrivé à un résultat cohérent avec une structuration du film aussi ambitieuse).

Mais si l’aspect divertissant de The place beyond the pines n’est pas à remettre en cause, on est en droit d’être déçu. Les trois parties du film sont trop brèves, Derek Cianfrance a fait le choix de vouloir orienter le projecteur sur les têtes d’affiche du film, mais au final il néglige le plaisir des spectateurs qui auraient bien voulu ne pas voir un film à 100 à l’heure. The places beyond the pines est si riche, qu’il aurait facilement pu se décliner en 3 volets sans être long ou ennuyeux, à l’instar de l’histoire de Luke, ce motard tatoué et paumé dont on ne sait quasiment rien et qui occupe pourtant le premier rôle dans le film. Dommage !

Publicités

2 commentaires sur “The place beyond the pines

  1. David
    mars 31, 2013

    C’est sa structure qui est la force de ce film, le décomposer en trois volets aurait certes donné plus de profondeur aux personnages mais la puissance des liens qui unissent les protagonistes serait trop difficile à montrer.
    Le film est complet,la structure intéressante, il faut encourager les gens à aller le voir !
    Pour la profondeur des personages et des scènes il y a de bonnes séries qui prennent le temps de développer 😉 un film reste un film 😉

    Merci

  2. chronikulture
    mars 31, 2013

    Il y a des très bons films qui prennent aussi le temps de développer, pourquoi pas lui ?
    D’autant que la performance de Ryan Gosling est on ne peut plus décevante, pour le reste on est d’accord, The Place Beyond the Pines mérite d’y jeter un coup d’oeil 😉

Dites ce que vous voulez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le mars 25, 2013 par dans Films, et est taguée , , , , , , , , .

catégorie

© chroniKulture 2012 | Tous droits réservés
%d blogueurs aiment cette page :