ChroniKulture

Instants critiques et futilités numériques

Comme des frères

« C’est vrai que vous êtes un petit peu perdus sans moi. »

Comme des frères c’est le premier long métrage du réalisateur français Hugo Gélin. Pour l’occasion on retrouve à l’affiche un trio d’acteurs brillants : Nicolas Duchauvelle (Polisse, Les yeux de sa mère, Braquo), François-Xavier Demaison (Coluche, l’histoire d’un mec, Le petit Nicolas…) et Pierre Niney de la comédie française (qu’on avait pu voir dans des seconds rôles dans Nos 18 ans, LOL, et au devant de l’affiche dans J’aime regarder les filles). Le tout sublimé par la présence de Mélanie Thierry (Le dernier pour la route, La princesse de Montpensier). Le synopsis paraissait un peu bateau mais l’ensemble était prometteur et annonçait un film sans prétention et un bon moment de distraction.

 Le résultat n’était pas au rendez-vous…

comme-des-frc3a8res-isc-cinefeel

Le scénario du film est très cliché, 3 mecs qui ne s’apprécient pas forcément mais qui sont tous liés par une même fille qui partage leur vie : Charlie. Le quarantenaire cadre sup’ qui a vécu une relation passionnelle avec elle et qui n’arrive pas à s’en remettre (Demaison), l’ado post-pubère qui l’a eue comme baby sitter (Niney) et le dernier dont on ne comprend pas trop l’histoire avec Charlie (Duchauvelle). Quoi qu’il en soit, nos trois compères sont éperdument amoureux (ou très très très amis) avec la belle Mélanie Thierry. Manque de pot, une grave maladie va stopper leurs relations platoniques à tous, Charlie meurt (ou décède, ou crève, ou s’en va, ou les a quittés…le mot pour définir la chose semble leur poser problème). Alors voilà que les trois bonhommes décident de partir en Corse, voyage qu’ils avaient prévu de faire avec Charlie quand elle serait rétablie. Il se trouve que Charlie leur a laissé une photo de sa maison en Corse, petite baraque de pierre au bord de la mer dans laquelle, pour sur, il fera bon se remémorer tous les chouettes moments passés ensemble.

photo-Comme-des-freres-2012-13

Mais voilà, déjà le film est très long à démarrer, on s’ennuierait presque pendant la première demie heure qui a pour objectif de nous montrer (de façon décousue) les relations qui unissent tous les personnages. A grand renfort de flashback, le réalisateur nous en apprend un peu plus sur cette Charlie. Charlie c’est presque une idylle, une représentation fantasmée de la femme dont chacun des trois héros a besoin à ses cotés. A la fois mère, amie et femme, sans elle ils sont perdus. Plus de repères, plus de philosophie de vie. Et pour cause, maintenant qu’elle n’est plus là ils s’avouent tous les tracas de leur vie (l’un fils de comédien qui a  grandi dans l’ombre de son père, l’autre enfant adopté et le dernier qui essaye de procréer depuis deux ans en vain).

Donc au fur à mesure de ce voyage du souvenir (et des souvenirs il y en a) on balance entre scènes mélodramatiques, grosses sessions marrade, prises de tête, autant de moments qui servent à combler  la quête de nos trois champions. Le problème c’est que le rythme devient vite redondant, souvenirs, marrade, engueulade, souvenirs, marrade…etc. De façon à ce que les marrades deviennent assez vite fades, et que les souvenirs sont de plus en plus mielleux. On notera quand même une BO plutôt correcte composée par Revolver (bien que contribuant au pathos de nombreuses scènes). C’est néanmoins vraiment dommage qu’Hugo Gélin n’ait pas mis à profit le talent de cette brochette d’acteurs talentueux pour faire un film plus dynamique, et moins tombé dans le travers du bon gros film français de base avec des potes, des larmes et des moments de réflexion (on avait déjà Cannet pour nous faire ça avec ses petits mouchoirs). Un peu trop sentimentalo-dramato-moraliste à mon gout, dommage.

Publicités

Un commentaire sur “Comme des frères

  1. cha
    décembre 15, 2012

    J’approuve de A à Z (ou presque. Ils étaient quand même attachants au final.)

Dites ce que vous voulez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le décembre 13, 2012 par dans Films, et est taguée , , , , , , .

catégorie

© chroniKulture 2012 | Tous droits réservés
%d blogueurs aiment cette page :