ChroniKulture

Instants critiques et futilités numériques

Baldur’s Gate : Enhanced Edition

Quand un classique du jeu vidéo annonce sa renaissance, l’excitation est de mise. Mais lorsque c’est Baldur’s Gate, un des plus grands noms du jeu vidéo de rôle qui revient treize ans après sa sortie initiale, c’est carrément l’effervescence.  Et pourtant…

baldurs-gate-enhanced-edition

Baldur’s Gate premier du nom est sorti en 1999, produit par BioWare (Mass Effect…) aujourd’hui filiale d’Electionic Arts et par Black Isle Studios (Fallout…).

Héritier direct du légendaire Donjons et Dragons, référence universelle dans le domaine du jeu de rôle, Baldur’s Gate propose au joueur d’évoluer dans le monde des Royaumes Oubliés (« décor de campagne » créé par Ed Greenwood pour Donjons et Dragons, et réutilisé depuis par d’innombrables références). On incarne un personnage pour lequel on aura choisi la race, la classe, les différentes caractéristiques, et qui devra se lancer dans l’aventure afin de réaliser une quête agrémentée par la présence d’autres personnages, de créatures fantastiques, de guildes machiavéliques et de phénomènes magiques. Rien de plus original que le schéma classique de tout bon jeu de rôle qui se respecte. Et c’est aussi ça, qui a fait l’immense succès de Baldur’s Gate. Baldur’s Gate 2 sortira un an plus tard (2000) et sera aussi plébiscité que son prédécesseur. Et depuis, à part la sortie en 2001 d’une extension pour Baldur’s Gate 2, tout le monde pensait l’aventure terminée.

Mais ça c’était sans compter l’annonce il y a quelques mois de la sortie d’une refonte graphique de Baldur’s Gate 1 prévue pour Septembre 2012. Atari (qui s’est lancé dans le projet) promettait de nouveaux personnages, de nouvelles quêtes et de nouvelles possibilités de gameplay. Mais aussi la possibilité de jouer sur tablette.

Autant de points qui ont fait bruler d’impatience la communauté.

Le problème c’est que le résultat est loin d’être au rendez-vous. Déjà, la sortie a été retardée de deux mois pour des raisons incompréhensibles (voir les autres points négatifs plus bas), la version fournie est en anglais et lorsque le joueur choisit la langue française, il le fait au détriment des dialogues qui disparaissent. Pour un jeu avec une telle richesse de gameplay c’est juste impensable.

Les modifications graphiques sont correctes sans pour autant être transcendantes, d’autant que l’ajout de la possibilité de zoomer n’apporte non seulement pas grand-chose, mais en plus annule les efforts graphiques faits sur le jeu en lui-même. Des petits « hics » comme le cercle du personnage en rouge (couleur choisie pour le personnage au début) qui était jusqu’alors réservé aux ennemis. Les cinématiques d’origine n’ont pas été améliorées mais tout simplement remplacées (dommage quand on sait que la plupart des joueurs le sont encore par nostalgie).

Ce qu’on regrettera le plus dans tout ça, c’est que Beamdog, le développeur, ait précipité la sortie de la refonte d’un jeu aussi culte que Baldur’s, qui était resté à son apogée en 2000. Surtout qu’il existe des patchs et des mods qui permettaient déjà d’avoir un jeu de bien meilleure qualité et de corriger les bugs. Enhanced Edition aurait du être plus travaillée, afin d’insuffler une vraie nouvelle vie au jeu, faute de quoi, la communauté de joueurs globalement déçue, attend que les développeurs livrent au compte goutte les patchs permettant de corriger cette nouvelle version.

Publicités

Dites ce que vous voulez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le décembre 3, 2012 par dans Actu, et est taguée , , , , , , .

catégorie

© chroniKulture 2012 | Tous droits réservés
%d blogueurs aiment cette page :