ChroniKulture

Instants critiques et futilités numériques

The Walking Dead

En fait je ne suis pas très série télévisée, je me rappelle avoir suivi très brièvement quelques séries US pour teenagers (gossip girl, 90210…), puis avoir eu le coup de foudre pour Lost (ou au moins pour les trois premières saisons). A part ça, mes expériences en matière de série sont assez pauvres.

Mais courant 2010-2011 j’ai eu la joie d’assister à la naissance de plusieurs bébés télévisés qui aujourd’hui me comblent encore. Boardwalk Empire (dont vous pouvez retrouver ma critique ici : https://chronikulture.wordpress.com/2012/10/20/welcome-to-boardwalk-empire/), Games of Thrones (que je suis en train de lire, parce qu’attendre le printemps 2012 pour connaître la suite c’était trop dur) et enfin The walking dead. Pas particulièrement fan des films de zombie (mais appréciant quand même les scénarios post-apocalyptiques) c’est avec un mélange d’appréhension et de  nonchalance que j’avais commencé Walking dead. Et pour vous dire, j’ai adhéré dès le premier épisode, et voilà qu’aujourd’hui (alors que l’épisode 5 de la saison 3 est sorti il y a quelques heures) j’attends avec impatience chaque semaine de pouvoir regarder la suite de l’hisoire au pays de mort-vivants.

©AMC

The walking dead à la base c’est un comic (bande dessinée) dont l’auteur Robert Kirkman fait aussi parti de la production de la série aux cotés de Frank Darabont (Les évadés, la ligne verte…). Le scénario est plutôt banal (ou tout au moins déjà vu dans des films comme 28 jours plus tard, diary of the dead, shaun of the dead), une épidémie a contaminé le monde, transformant ses habitants en d’atroces, pourrissants et pas gentils zombies. Rick Grimes, sheriff de métier, se réveille d’un long coma et découvre avec stupeur et effroi la situation. Il part à la recherche de sa femme et son fils. Bref, le synopsis est pas transcendant, on suit en fait les aventures/la survie d’un groupe de rescapés mené par notre Rick héroïque. Mais si l’histoire est plutôt simpliste (ce qui en soi n’est pas forcément une mauvaise chose), l’importance des personnages elle ne l’est pas. Toute la série repose sur ces personnalités différentes, qui cohabitent, se supportent, vivent, meurent ensemble. Autant de personnalités que d’acteurs talentueux.

Pour le rôle du leader la prod’ à choisi Andrew Lincoln (c’est le type qui joue le mari de Vanessa Paradis dans l’Arnacoeur), toujours très bon en chef de groupe réfléchi, mari aimant et héro à la dérive. On a le plaisir de découvrir Jon Bernthal dans le rôle du « ni bon ni méchant », Sara Wayne Callies (la dulcinée de Michael Scoffield dans Prison Break), et Jeffrey DeMunn (on se souvient de lui comme un des gardiens de John Coffey dans La ligne verte). Les autres acteurs, peu connu du petit (ou du grand) écran, interprètent tous leurs rôles avec une justesse et une sincérité qui rend la série si intense.

Le succès de la série repose sur une mise en scène très spectaculaire des Etats-Unis en proie au chaos, les zombies sont abominables, les survivants rares et les montées d’adrénaline omniprésentes, le cocktail parfait pour les amateurs de fiction apocalyptique. Mais The walking dead n’est pas réservé qu’aux fans de films d’horreurs, bien au contraire. L’histoire est parfaitement rythmée, on pourrait croire que le scénario va s’essouffler mais à aucun moment on ne cherche pas à connaître la suite. Au fil des rencontres, de l’arrivée de nouveaux personnages, de la mort brutale et sanglante de certains (et là je baisse une fois encore mon chapeau, trop rares sont les séries qui se permettent de sacrifier les personnages principaux) on se cramponne à son écran en espérant que notre groupe de survivants survive encore un peu. Cette cadence passe aussi par la diversité de lieux et la durée des saisons (6 épisodes pour la première, 13 pour la deuxième), et cette recette parfaitement orchestrée par l’équipe de réalisation et les acteurs a su séduire, et pour cause, le premier épisode de la saison 3 a été regardé par 11 millions d’américains, un record pour la série !

Publicités

3 commentaires sur “The Walking Dead

  1. Ileana
    novembre 13, 2012

    Et ça fait peur ou pas ? Tu le recommande aux ptites natures ?

  2. chronikulture
    novembre 13, 2012

    Je le recommande à toute personne ayant envie de découvrir une série prenante. Après on peut pas négliger le fait que y’a du zombie, y’a du sang, des morts, des cadavres et tout un tas de trucs plus ou moins ragoutants. Mais là où d’autres séries pourraient tomber dans le gore gratuit, walking dead trouve le juste milieu. Puis finalement ce qui fait le suspens de la série c’est plus l’imagination de ce qui va arriver aux personnages que ce qu’on voit vraiment, et c’est ça qui est bon !

    (pour info la série est interdit au moins de 16 ans, mais c’est très exagéré)

  3. flammentmickael
    novembre 16, 2012

    the walking dead et lost sont deux bijoux TV !!! j’adore

Dites ce que vous voulez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le novembre 12, 2012 par dans TV show, et est taguée , , , , , , .

catégorie

© chroniKulture 2012 | Tous droits réservés
%d blogueurs aiment cette page :